• banon aop

    famille

    Fromage de chèvre

    bassin de production

    La Haute-Provence
    en savoir +
  • banon aop

    famille

    Fromage de chèvre

    bassin de production

    La Haute-Provence
    en savoir +
  • banon aop

    famille

    Fromage de chèvre

    bassin de production

    La Haute-Provence
    en savoir +
  • banon aop

    famille

    Fromage de chèvre

    bassin de production

    La Haute-Provence
    en savoir +
  • banon aop

    famille

    Fromage de chèvre

    bassin de production

    La Haute-Provence
    en savoir +
  • banon aop

    famille

    Fromage de chèvre

    bassin de production

    La Haute-Provence
    en savoir +
conducteur de machines de conditionnement

Découvrez le métier de conducteur.trice de machines de conditionnement

Le conducteur de machine de production utilise une ou plusieurs machines pouvant être intégrées à une ligne de production ou fonctionner seules.

Descriptif du métier

Une file de production agroalimentaire débute par une matière première et se conclut par un produit fini. Le produit fini rejoint les rayons des magasins et supermarchés en étant bien emballé et correctement étiqueté. Cette mise en condition est possible grâce au travail des équipements, sous l’œil attentif et vigilant du conducteur des machines. Ce professionnel a quotidiennement pour défi d’assurer le parcours du produit dans les meilleures conditions depuis la production jusqu’à l’emballage. Quelles sont les missions du conducteur de machines de conditionnement ? Quelles compétences faut-il réunir pour exercer ce métier ? Voici quelques éléments de réponse.

Le conducteur de machines de conditionnement : qui est-ce ?

Le conducteur de machines de conditionnement travaille avec un équipement ou plusieurs machines. Le conducteur de machines de conditionnement travaille généralement dans les sociétés et industries du secteur agroalimentaire. Au fil de sa carrière, il peut être appelé à occuper les fonctions de responsable de production ou celles de chef d’équipe.

Que fait le conducteur de machines de conditionnement ?

De façon quotidienne, le conducteur de machine de production s’assure du bon fonctionnement de son équipement avant le démarrage de la production. Il initie le nettoyage et l’entretien des équipements composant sa ligne de production. Avant de donner le signal de lancement de la production, il fait un test en lançant la chaîne à vide. Ceci lui permet de s’assurer du bon fonctionnement de chaque élément de sa chaîne et de la sécurité de l’installation mise en place.

Le conducteur vérifie les réglages ainsi que le dosage des produits dans leurs contenants. Les différents réglages qu’il effectue sur les machines sont faits dans le respect strict et rigoureux des normes de sécurité et d’hygiène.

Étant responsable de l’approvisionnement des matières premières, il vérifie si tous les nécessaires pour la production sont disponibles et en quantité suffisante. Il est chargé d’alimenter sa ligne de conditionnement en matières premières et de veiller à la qualité des produits. Sous sa supervision, les coûts de production et les délais doivent être respectés. Il a à charge la maintenance et la révision régulière des machines. Quand l’une des machines tombe en panne, il se doit de faire un diagnostic par lui-même. En fonction du type de panne, il peut choisir d’alerter le service de maintenance ou pas.

Une fois la machine de production lancée, le conducteur de machines ne se repose pas sur ses lauriers. Aidé par les capteurs d’incidents, il surveille la chaîne et veille à la bonne marche du processus de conditionnement. Il vérifie et rectifie, au besoin, chaque détail pouvant empêcher l’obtention d’un produit final conforme aux exigences imposées par la direction. Il doit s’assurer également que le conditionnement des produits est conforme aux normes relatives à la température du produit, l’étanchéité, le poids, etc.

Les missions du conducteur de machines de conditionnement s’exécutent généralement sur des sites de production industrielle, pharmaceutique ou alimentaire. Le conducteur de machine peut être amené à se déplacer pour des tâches sur site ou à l’extérieur, dans des unités mobiles de conditionnement par exemple. Il travaille parfois en atelier, parfois dans des environnements où la température et l’atmosphère sont mises sous contrôle.

Les missions qui incombent au conducteur de machines de conditionnement peuvent, à certains moments, impliquer une manipulation de charges. Les équipements de protection personnelle sont donc des accessoires faisant partie intégrante du quotidien du conducteur de machines de conditionnement.

Autres appellations

  • Opérateur de ligne de conditionnement
  • Conducteur de machines de suremballage
  • Chef de ligne de production
  • Sertisseur en industrie alimentaire

Savoir-faire & savoir-être

Le métier de chef de ligne de conditionnement est exigeant et nécessite de l’expérience et un certain prérequis technique. Un conducteur de ligne de qualité doit obligatoirement avoir connaissance des procédés et du processus de fabrication. Il doit pouvoir garder une concentration optimale sur les machines de la chaîne de production fonctionnant en mode automatique.

L’opérateur de ligne de conditionnement doit faire preuve non seulement d’une grande réactivité, mais aussi d’une grande vigilance. Il doit être touche à tout et débrouillard. Il doit pouvoir supporter la pression et pouvoir gérer les cas de situations imprévues. Cet acteur doit également pouvoir gérer les contretemps pouvant être un obstacle au respect des exigences fixées par la direction.

Un conducteur de machines de conditionnement doit avoir la capacité de faire des réglages sur des équipements. Il doit être capable de faire le démontage et le montage des pièces de machines. Il doit avoir le sens de l’observation et de la coordination de groupe. L’opérateur de conduite de machines de conditionnement doit être en mesure d’utiliser un engin nécessitant des habiletés spéciales ainsi qu’une habilitation particulière.

Les formations qui mènent à ce métier

Pour exercer ce métier, il faut évidemment suivre une formation plutôt technique. De ce fait, juste après la troisième, il faut faire un CAP en conduite de systèmes de production automatisée. Il est aussi possible de passer par une autre formation pour finir comme conducteur de machines de conditionnement. Il s’agit du CAP en conduite de systèmes industriels option agroalimentaire.

Ce métier est aussi accessible à ceux qui décident de continuer leur instruction au lycée et de passer ensuite un bac professionnel dans les filières suivantes :

  • bio-industries de transformation ;
  • pilotage de systèmes de production automatisée ;
  • industrie de procédés ;
  • industries agroalimentaires.

Les personnes qui sont titulaires d’un bac scientifique ST2I ou STL peuvent aussi prétendre à ce métier.

Le meilleur moyen d’accéder à ce métier et d’évoluer aisément dans l’industrie agroalimentaire et de poursuivre les études afin d’obtenir au moins un BAC + 2.

Avant d’en venir au BAC + 2, il faudra passer par un DUT en génie de l’emballage et du conditionnement et un BTSA de sciences et techniques alimentaires.

technicien fromager

Découvrez le métier de technicien fromager.ère

Le technicien fromager travaille dans les unités de transformation du fromage. Il veille aussi à la propreté des locaux et au respect des normes d’hygiène et de sécurité dans les ateliers.

Interview

Descriptif du métier

Le fromage est obtenu grâce à un processus complexe et rigoureux de transformation du lait qui passe d’état liquide à l’état solide. Le produit final peut avoir différentes formes, différentes consistances et différentes saveurs selon la recette du technicien fromager. Ce dernier est un spécialiste de l’agroalimentaire qui assure tout ou partie des opérations indispensables à la fabrication du fromage : culture, affinage et filtrage des ferments.

Dans les grandes unités de production, c’est lui qui se trouve au début du processus de transformation du lait. Dans une fromagerie artisanale, il est responsable de toutes les opérations depuis la mise en cuve du lait jusqu’à la livraison. Méthodique et soigné, le fromager est également un gastronome qui a un odorat, un toucher et un goût bien développés.

Vous avez souvent entendu parler du métier de technicien fromager sans trop savoir de quoi il s’agit ? Dans cette fiche métier, vous découvrirez tout ce qu’il faut savoir sur cette fonction.

Le technicien fromager : qui est-ce ?

L’activité de ce métier s’exerce au sein de fromageries traditionnelles ou industrielles, de coopératives agricoles de fromages, de fermes d’élevage, de caves d’affinage. Il peut également être indépendant et développer son propre atelier de production de fromage.

Méticuleux et patient, il peut être en contact avec les clients, et c’est un fin gourmet. Il passe une grande partie de son temps dans les ateliers de production. Une fois qu’il a lancé le processus de transformation du lait, il doit suivre l’évolution des productions déjà lancées (retourner les fromages, laver les croutes, assaisonner, etc.).

Que fait le technicien fromager ?

Ce spécialiste est chargé du suivi de la production fromagère et de la livraison. Il supervise la réception du lait et sa mise dans les cuves. Il doit ensuite ajouter la présure et les ferments pour le faire cailler. Le lait caillé est ensuite moulé et pressé par ses soins avant d’être envoyé à l’affinage.

Dans les grands ateliers, ces dernières tâches peuvent être effectuées par d’autres opérateurs si le technicien dispose d’assistants. Dans les petites unités de production où il travaille souvent seul, il doit suivre lui-même le long processus d’affinage. À ce titre, il se charge aussi de l’égouttage et de la préparation des fromages avant le moulage du lait caillé. Il assure également l’emballage et le stockage ainsi que la commercialisation et le suivi des comptes clients.

Ce technicien doit veiller à la bonne qualité du fromage. C’est une activité qui demande de la précision et de l’exactitude dans le respect strict du timing. Il doit donc être disponible et vigilant pour ne pas intervenir trop tard.

Le technicien fromager est responsable de l’entretien du matériel et de leur bon fonctionnement. Il veille aussi à la propreté des locaux et au respect des normes d’hygiène et de sécurité dans les ateliers.

Le métier de technicien fromager demande du savoir-faire. Même si l’automatisation a rendu facile l’exécution de certaines tâches, le fromager se doit d’être toujours aux aguets. Il doit être habile et intuitif avec une parfaite connaissance du lait. Il s’agit d’aptitudes qu’aucune machine ne saurait remplacer.

Le lait est effectivement une matière vivante dont les facultés à cailler varient selon les saisons, le temps ou même la température ambiante. Pour cela, le savoir-faire et l’expérience du fromager sont sollicités à tout moment pour obtenir de bons résultats. Durant toute la phase d’affinage, il doit veiller au bon maintien de la température. Il peut faire des ajustements en cas de besoin.

Les horaires étant souvent décalés dans les usines de transformation laitière, ce n’est pas exclu qu’il travaille des week-ends et jours fériés. C’est un métier qui demande aussi des capacités managériales et une ouverture d’esprit.

Le technicien fromager est un spécialiste, un expert reconnu. C’est aussi un métier où la transmission de son savoir-faire est une valeur importante qui se perpétue entre pairs.

Autres appellations

  • Fromager

Savoir-faire & savoir-être

Le métier de technicien fromager demande des compétences spécifiques et des aptitudes personnelles. Le technicien fromager est une personne qui connaît le lait et ses particularités. Il a également une parfaite connaissance du processus de transformation de cette matière première. De par sa formation et son expérience, il doit avoir le contact facile. C’est une personne qui a une bonne constitution physique qui ne craint pas les variations de température qui sont courantes dans les ateliers. C’est une personne qui a des capacités d’analyse et d’appréciation qui lui permettent de garantir la meilleure qualité du fromage. Gestionnaire, c’est également un chef d’équipe qui sait gérer et coacher ses collaborateurs.

En matière de savoir-être, le technicien fromager est, avant tout, un passionné de sa profession. Il a un sens d’observation très développé grâce auquel il contrôle le bon déroulement du processus de transformation. C’est une personne rigoureuse qui doit savoir aussi garder son sang-froid dans les situations extrêmes. Les exigences de sa profession lui impose d’être disponible et patient. Il doit aussi posséder une fibre gourmande qui lui permettra d’apprécier ses produits avant qu’ils ne soient commercialisés. Il sait prendre des initiatives, et il est créatif.

Les formations qui mènent à ce métier

Le métier de technicien fromager est une profession artisanale..
L’idéal étant de suivre un Bac+2 au sein d’une ENILV (Ecole Nationale de l’Industrie du Lait et des Viandes)

Le postulant peut aussi s’orienter depuis le collège et suivre une formation professionnelle de Conducteur d’installations de production. Il peut passer un CAP ou un BEP et poursuivre jusqu’au Bac professionnel en Biotechnologie industrie de transformation ou Pilote de ligne de production.

Pour aller plus loin, il peut poursuivre des études et parvenir au DUT en Génie biologique ou un BTS en Sciences technologiques des aliments. Il peut aussi se spécialiser en pilotage de procédés.

Il peut aussi effectuer une Licence Pro produits laitiers ou produits laitiers management des hommes et des produits ou encore une Licence Pro responsable d’atelier de production fromagère de terroir.

Il est également possible d’accéder à la profession de technicien fromager après avoir validé un certificat de qualification professionnelle (CQP). La certification se prépare en alternance auprès d’un artisan fromager.

picto technicien labo physico chimie

Découvrez le métier de technicien.ne de laboratoire physico-chimie

Le technicien de laboratoire physico-chimie est chargé d’analyser la composition et la qualité des matières premières et des produits laitiers.

Interview

Descriptif du métier

L’ industrie laitière emploie plusieurs corps de métier avec des missions différentes. Le technicien de laboratoire physico-chimie est un salarié spécialisé en physique chimie et assimilée. Il est chargé d’identifier et de doser les composants chimiques qui entrent dans la production. Il est également chargé de vérifier la qualité du lait lors de la livraison avant que celui-ci ne soit dépoté. Durant tout le processus de transformation, c’est lui qui s’assure de la conformité de la production : le lait pasteurisé, la crème, le beurre et tous les produits finis passent sous son contrôle avant d’être commercialisés. Son rôle est donc primordial dans l’industrie alimentaire.

Dans cette fiche métier, nous vous disons tout à propos de cette profession. Quelle formation faut-il suivre ? Quelles sont les compétences requises ? Et aussi quelles sont les missions assignées au technicien d’analyse chimie ?

Le technicien de laboratoire physico-chimie : qui est-ce ?

Le technicien d’analyse chimie est un employé dans les industries agroalimentaires et dans les laboratoires multitechniques. En outre, il travaille dans le respect strict de la réglementation, et il est tenu de se conformer aux normes d’hygiène, de sécurité et d’environnement.

Il recherche les composants physico-chimiques des produits laitiers à savoir les paramètres liés aux valeurs nutritionnelles de l’échantillon.

Par exemple : matière grasse, matière sèche, matière protéiques, taux de sel… Finalement ce qui correspond à l’étiquetage nutritionnels des produits de consommation.

Que fait le technicien de laboratoire physico-chimie ?

Le technicien de laboratoire physico-chimie est au service de toutes les branches industrielles. Dans le domaine de la chimie, il peut être situé au niveau de la recherche et le développement. Il peut aussi intervenir en élaboration de procédés, en production ou en analyse.

Dans l’industrie laitière ou de fabrication de dessert, il est chargé d’analyser la composition et la qualité des matières premières et des produits transformés. À la livraison du lait, il vérifie certains paramètres pour s’assurer de l’absence d’eau et d’inhibiteurs, avant d’autoriser le dépotage. Les autres matières premières réceptionnées suivent le même contrôle strict avant d’être acceptées dans l’entrepôt. Son rôle étant de protéger le consommateur et de garantir sa satisfaction, il s’assure aussi du stockage des produits dans les meilleures conditions.

Le technicien de laboratoire physico-chimie supervise également toute la chaîne de production alimentaire, depuis la composition jusqu’au conditionnement. Durant la fabrication il effectue régulièrement des analyses spécifiques comme le taux de sel, le degré d’humidité et le taux de matières grasses. Les crèmes UHT, pour leur part, subissent une analyse systématique sur leur composition en matière grasse et matière protéique. En cas de différence constatée avec le standard défini, il peut demander que le produit soit encore traité. Son rôle ne se limite pas seulement au contrôle de laboratoire. À chaque étape de transformation, il est tenu de gouter les produits comme en cuisine.

Dans l’exercice de ses fonctions, le technicien de laboratoire physico-chimie est équipé de matériels divers qui lui servent à effectuer les tests et analyses comme par exemple :

  • Le viscosimètre lui sert à vérifier la viscosité des crèmes ;
  • Le densimètre est utilisé pour évaluer le volume des produits fabriqués ;
  • Le PH-mètre permet de mesurer l’acidité des laits et crèmes;
  • Spectromètres pour la matière protéiques.

L’exercice de ce métier exige de la rigueur, de la vigilance et de la méthode pour ne pas se laisser débordé par les excès de travail. Le travail demande aussi de l’organisation, car le technicien doit toujours enchainer les différents tests et analyses dans un temps donné. Il ne doit pas être submergé, et tout doit être fait dans les temps impartis avant que les produits ne soient acheminés vers l’étape de conditionnement.

Pour bien faire le travail, le technicien de laboratoire physico-chimie doit, avant tout, connaître les exigences de son poste, les différentes analyses à faire ainsi que leur périodicité. Il doit aussi maîtriser le processus de transformation, car il est au centre de la chaîne de production.

Autres appellations

  • Technicien d’analyse qualité
  • Technicien environnement

Savoir-faire & savoir-être

Le technicien d’analyse chimie doit :

  • avoir de solides connaissances en chimie et processus de transformation des aliments;
  • connaître les composants chimiques ainsi que les différentes réactions chimiques de tous les produits qu’il manipule;
  • maîtriser les logiciels qu’il est appelé à utiliser;
  • interpréter les résultats des analyses;
  • lire et comprendre l’anglais technique.

Extrêmement rigoureux, il est également méthodique et curieux. La recherche scientifique et la transformation des produits peuvent être dangereuses. C’est également un manager. Il travaille en équipe, et il doit être capable d’organiser le travail des membres de son équipe.

Les exigences de son travail lui demandent également d’être disponible et flexible. Il doit être capable de travailler sous pression dans un environnement parfois contraignant.

Le technicien doit donc être à l’affût des changements et actualiser régulièrement ses connaissances.

Il doit respecter les procédures écrites qui traduise les normes en vigueur pour différentes types d’analyses.

Il a un esprit critique et sait se remettre en cause quand il le faut. Il doit aussi connaître les normes environnementales et les réglementations sanitaires.

Les formations qui mènent à ce métier

Pour devenir technicien de laboratoire physico-chimie, vous devez avoir un niveau minimum Bac+2 dans les domaines suivants :

  • qualités industries agroalimentaires
  • analyse biologique et biochimique
  • production et contrôles des produits

Dans l’idéal, c’est de privilégier le Bac+3 dans les spécialités suivantes :

  • licence pro en laboratoire de biologie
  • licence pro en management de la qualité
technicien de laboratoire bactériologique picto

Découvrez le métier de technicien.ne de laboratoire bactériologique

Le rôle principal du technicien de laboratoire bactériologique consiste à rechercher les bactéries nuisibles aux produits laitiers. Il doit avoir des connaissances approfondies microbiologie et biochimie.

Interview

Descriptif du métier

L’industrie laitière compte sur le travail acharné de nombreux professionnels pour concevoir des produits de qualité. Dans les usines de production de lait et organismes agricoles, on retrouve des salariés dont le rôle est de contrôler l’hygiène des produits laitiers.

Le technicien de laboratoire biologique , réalise une série de tâches pour détecter les bactéries nocives pour la qualité des produits conçus. Méticuleux, il est un véritable chasseur de micro-organismes délétères. Si le lait est de bonne qualité et excellent pour la santé, on doit une fière chandelle au technicien de laboratoire bactériologique.

Aujourd’hui, notre série de fiches métiers tombe sur la profession de technicien de laboratoire bactériologique. Des missions, en passant par les qualités et les formations de ce professionnel, nous faisons un tour d’horizon passionnant sur le métier de technicien de laboratoire bactériologique.

Le technicien de laboratoire bactériologique : qui est-ce ?

Le technicien de laboratoire bactériologique est un travailleur salarié qui exerce ses compétences au sein d’un laboratoire d’analyse et de contrôle de qualité des produits laitiers. Le technicien de laboratoire est chargé de traquer le moindre agent microbien nuisible à l’intégrité des produits. Rigoureux et amoureux du travail bien fait, ce professionnel ne tire sa satisfaction que dans la recherche et la destruction des hôtes indésirables et virulents.

Que fait le technicien de laboratoire bactériologique ?

Si le rôle principal du technicien de laboratoire bactériologique consiste à rechercher les bactéries nuisibles aux produits laitiers, comment s’y prend-il concrètement ?

Dans un premier temps, le technicien de laboratoire bactériologique enchaîne une série d’actions visant à détecter clairement tous les micro-organismes contenus dans les produits. La préoccupation fondamentale de ce professionnel est de découvrir si les produits soumis à son analyse sont sains et dépourvus de microbes indésirables. Cette intervention qu’effectue le technicien de laboratoire bactériologique s’étend à toutes les phases de la production.

Ainsi, au déchargement du camion isotherme de lait par le chauffeur ramasseur, le technicien de laboratoire bactériologique scrute la cuve de lait à la loupe. Pour ce faire, il base ses analyses sur les échantillons prélevés sur le lait. Au cours de cette étape, il mène une véritable investigation dans les quatre coins de son laboratoire.

Ensuite, le technicien de laboratoire s’intéresse à toutes les matières premières utilisées en guise d’additifs sur les produits. Le but est de repérer même le micro-organisme le plus enfoui. Lorsqu’il boucle ces tâches préalables, il continue ses analyses à chaque étape du processus de production. Déterminé à ne laisser aucun microbe filtré, le technicien de laboratoire bactériologique vérifie la non-contamination des emballages des produits par des agents bactériologiques. Même le produit fini n’échappe pas à la vigilance de ce professionnel.

Durant son travail de contrôle, le technicien de laboratoire effectue une enquête in vitro. Ce procédé consiste à placer les échantillons de lait dans un milieu de culture. Ensuite, il procède à l’incubation des échantillons pour faire croître les bactéries. En se basant sur les échantillons qui contiennent les micro-organismes, le technicien de laboratoire est capable de déterminer à quel moment le lait a été contaminé.   

Lors des analyses et recherches en laboratoire, le technicien de laboratoire bactériologique est tenu de faire la part des choses entre les bactéries « méchantes » et les « bons » micro-organismes. Concrètement, les produits laitiers sont les réceptacles de plusieurs milliers de micro-organismes vivants.

Les bactéries virulentes plombent la qualité du lait et exposent les consommateurs à des infections alimentaires, tandis que celles dites utiles améliorent grandement le goût des produits laitiers (yaourts, fromages, beurres…).

Comme mentionné plus haut, le travail du technicien de laboratoire se passe tout le long des étapes de production. Ainsi, lorsque les pots de yaourts, de lait ou de beurre sont prêts à sortir de l’usine, il les récupère pour procéder à des tests dits de vieillissement. Durant cette opération de vérification, le technicien de laboratoire bactériologique recherche des levures capables de faire exploser les pots. Lorsque les analyses confirment la présence de ces types d’éléments, le lot des produits concernés est détruit sur-le-champ. Ensuite, une investigation poussée est enclenchée dans la ligne de fabrication.

Autres appellations

  • Analyste de laboratoire
  • Technicien de laboratoire de contrôle
  • Analyste physico-chimiste
  • Analyste microbiologie
  • Control laboratory technician

Savoir-faire & savoir-être

Plusieurs compétences et qualités sont inhérentes à l’exercice de la profession de technicien de laboratoire bactériologique. En ce qui concerne les compétences pratiques, un bon technicien de laboratoire bactériologique doit accumuler celles qui suivent :

  • Connaissance approfondie en microbiologie et biochimie;
  • Connaissance des produits analysés;
  • Maîtrise des différentes manipulations et pratiques d’analyses en laboratoire ;
  • Aptitudes à utiliser les outils informatiques pour analyser des données ;
  • Maîtrise intégrale et correcte de l’usage des appareils électroniques ;
  • Aptitudes à assurer la maintenance de base et l’entretien des équipements de travail ;
  • Connaissance approfondie des risques et dangers chimiques ou biologiques des produits utilisés en laboratoire ;
  • Maîtrise de l’anglais technique;
  • Maîtrise des règles d’hygiène et de sécurité.

En termes de qualité, le technicien de laboratoire bactériologique doit faire preuve de rigueur et d’amour du travail bien fait. Avoir le sens du détail, être habile manuellement et précis sont des qualités importantes pour réussir dans le métier.

Les formations qui mènent à ce métier

Plusieurs formations, titres ou diplômes permettent d’accéder à la profession de technicien de laboratoire bactériologique. Il s’agit entre autres de :

  • BAC + 2 en Sciences et technologies pour la formation initiale ;
  • BAC technologique en Sciences et technologies de laboratoire biochimique et génie biologique ;
  • BTA en Transformation laboratoire d’analyses ;
  • BTS en Biotechnologies ;
  • BTS en Analyses et contrôles ;
  • BTSA en Analyses agricoles, biologiques et biotechnologies ;
  • Licence professionnelle en Biotechnologies ;
  • BTSA en IAA Industries laitières.
picto technicien de maintenance

Découvrez le métier de technicien.enne de maintenance

Le technicien de maintenance veille sur l’état des machines avant leur utilisation. Il veille à la propreté de son atelier et range le matériel dans le respect des normes de sécurité.

Interview

Descriptif du métier

Dans la production laitière, les machines doivent fonctionner sans interruption depuis l’arrivée du lait dans les entrepôts jusqu’à sa transformation finale. Chaque étape du processus est assurée par différentes machines qui sont, en grande partie, pilotées et contrôlées par des humains.

Le technicien de maintenance a pour mission de veiller au bon fonctionnement de toutes ces machines. Elles sont, en grande partie, automatisées et doivent travailler sans discontinuer pendant des heures. Une interruption impromptue a un impact sur la productivité et la qualité des produits. Par ailleurs, ces machines doivent être maintenues dans un état d’hygiène, de qualité et de sécurité irréprochables.

Si vous ne savez rien du rôle du technicien de maintenance dans une industrie laitière, nous vous disons tout à son sujet dans cette fiche métier. Que fait-il au quotidien ? Quels sont ses compétences et son savoir-faire ? Quelle formation suivre pour accéder au métier ?

Le technicien de maintenance : qui est-ce ?

Le technicien maintenance est un professionnel spécialisé dans les métiers du froid. Il travaille comme salarié dans les industries laitières. Il peut être chef d’atelier ou être sous les ordres du chef d’atelier selon ses qualifications et l’organisation de l’industrie qui l’emploie.

Il est également rigoureux et précis, avec un esprit perspicace. C’est lui qui veille sur le bon fonctionnement des machines qui lui sont confiées. Il doit être disponible et être alerte pour déceler la plus petite anomalie avant qu’elle ne dégénère en panne.

Que fait le technicien de maintenance ?

Sa fonction se rapporte uniquement aux machines. Ces dernières sont variées, complexes et parfois délicates à manipuler.

Technicien du froid, c’est aussi un mécanicien qui a une bonne connaissance de l’informatique, de l’électronique et de l’hydraulique. Il a une formation en hygiène et en sécurité.

Quand une panne se manifeste, le technicien de maintenance l’identifie et fait la réparation immédiate. Ce qui peut parfois l’amener à démonter les pièces pour faire un examen approfondi. En cas de besoin, il peut remplacer la pièce et faire des réglages. Avant le lancement de la chaîne de production, il procède aux vérifications de routine et fait des réglages nécessaires.

Le technicien maintenance peut aussi reprogrammer les paramètres des appareils et contrôler les circuits. Il fait les mises à jour logicielles des installations, et fait des tests et les mises au point périodiques.

Chaque jour, il veille sur l’état des machines avant leur utilisation : système d’éclairage, fonctionnement, propreté, nomes de sécurité et d’hygiène, etc. Périodiquement et suivant un chronogramme établi, il fait une révision complète des installations. Il tient à jour les fiches de suivi de tout le matériel. Il doit veiller à la propreté de son atelier et ranger le matériel dans le strict respect des normes de sécurité.

Ses heures de travail sont irrégulières, et il doit être disponible pour intervenir à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Il doit aussi être prêt à travailler les week-ends. L’exercice de sa profession exige qu’il soit en bonne condition physique, car il peut être amené à travailler pendant des heures d’affilée et sans interruption. Il peut aussi adopter des positions inconfortables.

Dans l’industrie laitière, les pannes sont variées, et les interventions peuvent porter sur du matériel lourd. Le technicien maintenance est adroit et précis, et c’est une personne qui aime le travail bien fait. Il joue un rôle capital dans l’industrie, car sans lui, la production ne saurait être faite.

Autres appellations

  • Réparateur de machines industrielles
  • Agent de maintenance
  • Maintenancier.

Savoir-faire & savoir-être

Exercer ce métier requiert des compétences techniques et particulières. Le technicien de maintenance doit surtout connaître les installations dont il a la responsabilité. Il connaît leur fonctionnement, et maîtrise le processus de production. Ce qui lui permet de réagir rapidement en cas de panne.

Technicien du froid et des machines industrielles, c’est aussi un informaticien qui a reçu une formation en électronique. Il doit actualiser régulièrement ses connaissances, car son domaine d’intervention est en constante évolution. Il maîtrise l’outil informatique et les logiciels relatifs à ses appareils. Cet acteur sait manager une équipe et connaît les normes de sécurité. Il sait aussi les mettre en pratique à tout moment.

Sur le plan personnel, le technicien maintenance est d’un naturel rigoureux et méthodique. Il est attentif, avec un sens de l’écoute et de l’observation. Organisé, il sait prendre des initiatives. C’est également un bon manager qui a des capacités de communication et de rédaction.

Les formations qui mènent à ce métier

Avec le Bac pro en maintenance des équipements industriels, vous pouvez commencer vote carrière.

Toutefois, les entreprises privilégient les niveaux supérieurs. Avec une formation de type Bac+2 dans le domaine (Maintenance des systèmes, option Systèmes de production, Génie industriel et maintenance), vous pouvez vous faire recruter dans une petite industrie laitière.

Vous avez la possibilité de faire des formations plus évoluées, avec une licence pro spécialisée en Maintenance des automatismes, l’instrumentation industrielle, Maintenance des systèmes industriels, Conduite des installations nucléaires.

responsable qualité picto

Découvrez le métier de responsable qualité

Le responsable qualité en agroalimentaire dispose d’un rôle déterminant. Il surveille chaque étape de la fabrication pour garantir la sécurité alimentaire et organoleptique des produits. Il doit connaître les matières premières et leur traitement.

Interview

Descriptif du métier

Le responsable qualité est une personne indispensable pour le développement d’une entreprise agroalimentaire. Il permet à cette dernière de garantir une qualité tant sanitaire qu’organoleptique irréprochable des produits prêts à être consommés. C’est un poste clé qui permet aussi d’assurer une notoriété de la marque auprès des clients. Il est donc intéressant d’en savoir davantage sur ce métier qui peut s’avérer très passionnant.

Le responsable qualité : qui est-ce ?

Le responsable qualité est un homme ou une femme qui a en charge la gestion de tout ce qui a rapport avec la qualité des produits proposés par l’entreprise. Le domaine de compétences du responsable qualité est large. Il doit maîtriser les étapes de fabrication mais aussi le produit brut, l’informatique, l’anglais ainsi que le droit. La législation évolue sans cesse dans l’industrie agroalimentaire.

Le métier de responsable qualité en agroalimentaire est une fonction transversale au sein d’une entreprise agroalimentaire. Au contact de la hiérarchie, du personnel des différents services et des clients, il doit savoir communiquer. Le sens du relationnel est un prérequis indispensable pour exercer ce métier.

Que fait le responsable qualité ?

Dans l’exercice de son métier, le responsable qualité est appelé à accomplir plusieurs missions au sein de l’entreprise. Ainsi, il est tenu de participer à l’élaboration de la politique qualité de la société. Non seulement sa participation est importante, mais il doit également en assurer la mise en place et le suivi.

Pour définir la politique qualité de l’entreprise, le responsable qualité travaille en étroite relation avec la direction générale et les autres responsables sectoriels. Il faut souligner que l’objectif de ladite politique est avant tout de garantir  la sécurité alimentaire des produits, mais également d’obtenir ou de maintenir une certification qui représentera un label qualité pour la société et ses produits.

Le responsable qualité assure le pilotage de l’ensemble du projet et fait régulièrement un compte rendu à la direction. Ses missions consistent à analyser les matières premières, vérifier que les conditions d’hygiène soient respectées. Le chef de la qualité veille également au nettoyage des équipements et des locaux.

Ce professionnel de la qualité étudie le résultat de son travail, l’efficacité de ses méthodes, et analyse le produit fini, afin de valider la sécurité sanitaire du produit prêt à être savouré par les consommateurs. Il se charge donc de l’élaboration des actions préventives et/ou correctives en cas de besoin.

Le responsable qualité s’occupe également de la validation des produits finis conformément au cahier des charges des prospects et aux normes de règlementations en vigueur. Par ailleurs, cet acteur important forme l’ensemble du personnel sur la qualité, la sécurité et l’hygiène. Il se charge de vérifier si les documentations partagées à chaque poste de travail sont exploitables, appliquées et efficaces. Il procède à leur correction si nécessaire.

Une autre mission du responsable qualité est d’appliquer la règlementation sanitaire au sein de la société. Il apparaît donc comme l’interlocuteur idéal pour les services vétérinaires et de répression des fraudes. Il en est de même pour les clients. Le chef qualité définit le cahier des charges en tenant compte des exigences de ceux-ci. Il surveille donc les visites des consommateurs et assure le suivi de leurs réclamations. Le zéro défaut n’existe pas mais ce professionnel cherche à tendre un maximum vers l’absence de défaillance.

Autres appellations

  • Ingénieur qualité
  • Responsable qualité sécurité environnement
  • Responsable assurance qualité

Savoir-faire & savoir-être

Avant de devenir le chef qualité au sein d’une entreprise, il faut impérativement disposer d’une bonne connaissance des matières premières et leur traitement. Il faudra également maîtriser les procédés de fabrication et les produits finis.

Le responsable qualité doit :

  • avoir une parfaite maîtrise des technologies de l’entreprise.
  • prendre connaissance des différents métiers présents dans la société.
  • savoir mettre au service de l’entreprise son expertise selon les besoins de celle-ci. Ses compétences doivent lui permettre de former une équipe qui permettra d’optimiser le système de qualité, en corrigeant les éventuelles erreurs.

Le responsable qualité doit être une personne charismatique et très diplomate. Il doit pouvoir rassembler le personnel autour de l’intérêt que constitue la qualité pour l’entreprise. Il doit disposer d’un bon sens de l’organisation et fait preuve d’une grande rigueur. En outre, l’exercice de ce métier requiert une grande capacité d’écoute, d’analyse et de synthèse.

Toutes ces qualités sont indispensables pour lui permettre de mener à bien ses missions au sein de l’entreprise. Elles lui permettront également d’instaurer des relations de confiance avec les services de contrôle ou encore les clients.

Les formations qui mènent à ce métier

Devenir responsable qualité ne se fait pas du jour au lendemain ou encore moins par hasard. Pour faire carrière dans ce métier, il faut avoir suivi, au préalable, une formation qui vous le permet. Il existe des formations à l’issue desquelles vous obtiendrez un diplôme ou une certification vous donnant accès à ce métier.

Pour devenir responsable qualité, il existe une multitude de diplômes à plusieurs niveaux d’études :

  • BTS bioanalyses et contrôles,
  • BTS biotechnologies
  • BTS qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries
  • BTS analyse agricoles biologiques et biotechnologiques
  • BTS sciences et technologies des aliments
  • DUT génie biologique, options analyses biologiques et biochimiques
  • DUT industries alimentaires et biologiques

Au niveau bac +3, certaines licences pro spécialisées dans l’agroalimentaire constituent un moyen de continuer ses études et ouvre les portes de divers masters pro :
• Master pro gestion de qualité,
• Master pro hygiène, sécurité, environnement,
• Master pro procédés industriels
Outre la voie universitaire, un diplôme d’ingénieur spécialisé peut également intéresser les industriels de l’agroalimentaire.

responsable flux collecte

Découvrez le métier de responsable flux collectes

Le responsable flux collectes s’assure de la bonne qualité du produit acquis auprès des producteurs ou des fermiers.

Descriptif du métier

Les exploitations et les industries laitières produisent régulièrement des matières premières ou produits finis. Ainsi, ce processus exige l’organisation des flux, la gestion radicale des stocks disponibles et des prix de transport. Ces tâches importantes sont confiées à un professionnel spécialement formé et entraîné pour jouer ces rôles. Il s’agit ni plus ni moins du responsable flux collectes qui cumulent des responsabilités importantes dans la politique de gestion des flux, de production ou de transformation des produits.

Le responsable flux collectes est également au cœur des réflexions visant à améliorer la logistique et optimiser les flux de l’entreprise.

Dans cette fiche métier, focus sur un professionnel aux attributions étendues qui fait preuve de compétences et de qualités spécifiques. Sans plus tarder, découvrez la personnalité, les tâches, les compétences et les formations du responsable flux collectes.

Le responsable flux collectes : qui est-ce ?

Homme ou femme, le responsable flux collectes est employé au sein d’une entreprise de production, de transformation ou de commercialisation de produits agricoles ou alimentaires. Souvent placé sous la hiérarchie du directeur industriel ou du directeur général, le responsable flux collectes conserve cependant une bonne autonomie, lui permettant d’organiser son travail à sa guise.

Très actif, il noue des relations professionnelles poussées avec les services internes et externes de l’entreprise. Ainsi, il collabore régulièrement avec les techniciens méthodes, les acheteurs et d’autres professionnels officiant dans le secteur.

Le responsable flux collectes travaille dans un bureau. Cependant, il va constamment sur le terrain afin de superviser les tâches qui relèvent de son autorité. Il n’est pas rare qu’il voyage à l’étranger dans l’optique de rencontrer ses partenaires (fournisseurs et clients) pour traiter des questions de premier ordre.

Concrètement, quelles sont les activités inhérentes au métier de responsable flux collectes ?

Que fait le responsable flux collecte ?

Entre l’optimisation et la collecte des ressources, le contrôle quantité et qualité, le management des équipes de terrain, le moins que l’on puisse dire du responsable flux collectes est qu’il est un agent polyvalent.

Lorsque le responsable flux collectes travaille pour une usine laitière, son premier chantier consiste à réaliser l’optimisation des ressources laitières. Ainsi, de cœur avec son équipe de travail, il recueille un lait qui répond fidèlement aux exigences de qualité et de quantité. Cette tâche importante implique le fait de discuter avec les producteurs afin de leur faire comprendre ce que l’entreprise attend d’eux en termes de qualité des produits et de quantité.

Par ailleurs, le responsable flux collectes assure un important rôle de veille. En effet, il surveille de près la qualité et les caractéristiques du lait. De la ferme jusqu’à l’usine, il s’assure de la bonne qualité du produit acquis auprès des producteurs ou des fermiers. Pour ce faire, des analyses de laboratoire sont régulièrement effectuées par les équipes qui travaillent avec le responsable flux collectes.

De plus, le responsable flux collectes est tenu de procéder à la régulation des flux de lait acheminés dans les usines de production ou de transformation. Lorsqu’il y a baisse ou surplus de la quantité de lait, il met en place des transferts avec les autres usines. Ce procédé tactique vise principalement l’optimisation de l’approvisionnement de l’usine en matières premières.

Le responsable flux collectes joue un important rôle de manager au sein de l’usine. En effet, il adosse la responsabilité d’encadrer et de gérer les membres de son équipe de travail. En même temps superviseur et mobilisateur, il discute régulièrement avec les agents Relation Culture, les agents de maintenance du froid et les chauffeurs ramasseurs. Le responsable flux collectes s’assure de la motivation des membres de son équipe de travail à remplir pleinement leurs missions afin d’atteindre les objectifs escomptés.

Fin stratège, le responsable flux collectes est à l’origine de la conception et de la mise œuvre de la politique de gestion des flux de l’entreprise. Il explore la possibilité d’utiliser des technologies innovantes (instruments de traçage, plateforme fictive, instruments évolués de communication…) pour faciliter les opérations de l’entreprise. En gros, le responsable flux collectes assume la charge d’améliorer continuellement le système logistique de l’entreprise.

Pour finir, il s’investit activement dans l’optimisation des transports à l’intérieur et à l’extérieur de l’usine. Ainsi, il définit les moyens de transport adaptés en fonction des besoins et des produits. Il vérifie les coûts de transport et fait des propositions pour une gestion plus rationnelle.

Autres appellations

  • Responsable logistique
  • Chef de centre de collecte

Savoir-faire & savoir-être

Comme dans tous les corps de métiers, l’exercice de la fonction de responsable logistique ou responsable flux collectes est soumis à l’acquisition de compétences pratiques et de qualités spécifiques.

Les compétences requises pour faire un bon responsable flux collectes se déclinent ainsi qu’il suit :

  • Assimiler et avoir la maîtrise totale du process industriel global ;
  • Bonne connaissance du milieu des transports et de la logistique ;
  • Savoir conduire le pilotage d’un projet complexe ;
  • Maîtriser les techniques de gestion d’un système de gestion ou de production ;
  • Maîtriser les techniques de négociation d’un contrat d’achat ;
  • Savoir manager et animer une équipe de travail.

Pour ce qui est des qualités requises, il s’agit entre autres de :

  • Dynamisme au travail ;
  • Volonté de s’améliorer continuellement ;
  • Bonne qualité d’écoute et de persuasion ;
  • Diplomatie, médiation et conciliation…

Les formations qui mènent à ce métier

Pour devenir responsable flux collectes dans une usine ou une exploitation agricole, les formations ou diplômes suivants sont exigés :

  • Licence professionnellement dans la filière management des organisations agricoles ;
  • Master dans l’option Industrie laitière ;
  • Master dans la l’option Management de la performance industrielle des entreprises laitières ;
  • Diplôme en transport et logistique…
responsable de production

Découvrez le métier de responsable de production

Le responsable définit le seuil de production ou de transformation attendu sur une période déterminée. Il s’occupe de la gestion des équipes de production.

Descriptif du métier

Dans le secteur de la fabrication ou de la transformation de produits agricoles ou laitiers, on rencontre un professionnel influent qui joue des rôles déterminants. Le responsable de production, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est un cadre majeur de l’entreprise. Travaillant en étroite collaboration avec le directeur du site industriel et la direction générale, le responsable de production organise minutieusement la production et la fabrication des gammes de produits au sein de l’entreprise. Méticuleux, il veille à la conformité des produits aux normes de qualité standards.

Dans cette fiche métier, nous nous intéressons au responsable de production. De ses attributions en passant par ses missions et ses compétences pratiques, nous vous dirons tout sur le cet acteur important.

Le responsable de production : qui est-ce ?

Le responsable de production travaille souvent dans le secteur industriel. Employé salarié au sein des grandes usines de production ou de fabrication, on le retrouve également dans les entreprises d’ingénierie ou les petites et moyennes entreprises (PME).

Parfois, le responsable de production peut officier en dehors de l’usine ou de l’entreprise de fabrication. Dans ce cas de figure, il exerce sa profession dans les bureaux d’études, les cabinets ou les sociétés de conseil en organisation industrielle.

Le responsable de production peut être un homme ou une femme. Actif et dynamique, il se révèle comme un excellent manager mû par l’intense désir d’améliorer les produits proposés par son entreprise. De jour comme de nuit, il est au front dans l’optique de matérialiser la politique de production ou de commercialisation de la société. Ainsi, il remplit des missions variées et diverses en vue d’atteindre les résultats escomptés.

Créatif et rigoureux, il ne cesse d’être à l’affût des dernières évolutions intervenues dans le secteur afin de mettre son entreprise au pas.

Concrètement, quelles sont les activités menées par le responsable de production au sein d’une usine de production ou d’une entreprise de fabrication ?

Que fait le responsable de production ?

Fervent garant de la mise en œuvre parfaite de la politique de production de l’entreprise, le responsable de production s’investit constamment pour atteindre les objectifs clés fixés.

La première activité du responsable de production est la détermination des objectifs de production. En compagnie du directeur industriel ou de la direction générale, il définit le seuil de production ou de transformation attendu sur une période déterminée. Ainsi, il procède au planning de la production, et suit de près les délais mis par les membres de l’équipe pour la réalisation des tâches spécifiques. De même, il étudie et évalue le coût ainsi que la qualité des matières premières requises pour la fabrication des produits finis.

Dans ce même registre, le responsable de production est chargé de la gestion des commandes de matières premières et des matériels de production. Autrement, il s’assure du bon délai de livraison afin d’éviter les imprévus. Ensuite, il met tout en œuvre pour assurer le respect des normes de sécurité, d’hygiène et de qualité.

L’amélioration de la production est un vaste chantier qui lui revient pleinement de droit. Pour remplir au mieux cette mission, le responsable de production met en place une stratégie de veille. Cette manœuvre, à la fois technique et stratégique, vise à connaître les nouveautés ou les innovations récentes, tant en ce qui concerne les machines que les outils de production. Aussi, il s’implique dans le processus de maintenance des matériels de production afin d’éviter les coups d’arrêt ou les dysfonctionnements dus à un mauvais état de la logistique.

Il est du ressort du responsable de production d’élaborer les stratégies adéquates pour améliorer la productivité de l’entreprise de façon continue. Dans ce domaine, il peut compter sur l’accompagnement infaillible de son équipe de travail qui lui apporte régulièrement des conseils et suggestions.

Pour faire court, le responsable de production assume la responsabilité de rehausser la qualité des produits de l’entreprise. Il optimise la quantité de la production et s’active pour baisser les coûts de production afin de permettre à la société de réaliser des plus-values intéressantes.

Par ailleurs, la gestion des équipes de production est l’autre attribution majeure du responsable de production. Il motive les membres de l’équipe et essaie de créer une bonne ambiance de travail afin de favoriser l’augmentation de la productivité de l’entreprise.

Pour finir, le responsable de production discute avec les clients et les consommateurs afin de prendre leurs avis sur les produits commercialisés. Il prend en compte les préoccupations émises et s’en inspire pour proposer des pistes d’amélioration.

Autres appellations

  • Responsable d’exploitation
  • Responsable de fabrication
  • Animateur d’équipe

Savoir-faire & savoir-être

Un bon responsable de production doit cumuler certaines compétences et qualités pratiques. Il s’agit, entre autres, de :

  • Maîtrise parfaite des processus industriels ;
  • Connaissances étendues en gestion de projet et en management ;
  • Maîtrise des techniques de négociation commerciale ;
  • Solides connaissances en normes de qualité et de sécurité des produits industriels ;
  • Connaissance parfaite de l’outil informatique ;
  • Bonne maîtrise de la langue anglaise ;
  • Sens de l’écoute et d’observation ;
  • Bonne expression écrite et orale ;
  • Leadership ;
  • Bon relationnel et diplomatie…

Les formations qui mènent à ce métier

Pour devenir responsable de production, l’une des formations ou l’un des diplômes suivants sont requis :

  • Diplôme d’écoles d’ingénieurs généralistes ;
  • Master professionnel en gestion de la production ;
  • Master professionnel en management agro-industriel ;
  • Master professionnel en management de l’innovation technologique ;
  • Master en management international agro-alimentaire ;
  • Master dans l’option Industrie laitière ;
  • Master Pro en management de la performance industrielle des entreprises laitières ;
  • Licence Pro dans la filière responsable d’atelier de productions fromagères du terroir.
préparateur de recettes

Découvrez le métier de préparateur.trice de recettes en yaourt

Le préparateur de recettes est chargé du dosage, du traitement et de la mise en cuve des ingrédients entrant dans la préparation des desserts.

Descriptif du métier

L’industrie alimentaire fait appel à plusieurs corps de métiers. Certaines de ces professions sont méconnues du public. C’est le cas du métier de préparateur/préparatrice de recettes. Ce dernier est un salarié qui évolue dans les usines de fabrication de crèmes et desserts. Il est chargé de faire le mélange des ingrédients et assure l’acheminement et le traitement des matières premières dans les cuves. Ce pâtissier grand format gère des quantités astronomiques de matières premières et est responsable de la qualité et du goût des produits finis.

Si vous ne savez rien de cette profession, nous vous donnons tous les détails dans cette fiche métier. Des missions du préparateur de recettes à la formation et les qualités requises, nous vous disons tout à propos de ce métier.

Le préparateur de recettes : qui est-ce ?

Le préparateur de recettes travaille comme salarié dans l’industrie agroalimentaire. Il peut aussi travailler à son propre compte en tant qu’industriel. Il est chargé notamment du dosage, du traitement et de la mise en cuve des ingrédients entrant dans la préparation des desserts. Le préparateur de recettes s’assure aussi du conditionnement des produits obtenus. C’est un chef d’équipe qui est entouré de collaborateurs qui l’assistent dans cette lourde tâche.

Que fait le responsable de production ?

C’est lui qui prépare les délicieux gâteaux et les délicates crèmes glacées qu’on retrouve souvent dans les rayons des supermarchés. Il se sert des recettes traditionnelles pour préparer des desserts industriels. La différence ici est que le préparateur manipule des quantités énormes où les grammages sont convertis en tonne et les cuillérées en hectolitres.

Sa principale mission est de faire un savant mélange de tous les ingrédients dont il a besoin pour concocter la recette. À cet effet, il commence par identifier les différents composants (matières premières, colorants, etc.) indispensables à la préparation. À l’aide d’outils d’une extrême précision, il effectue les dosages des entrants avant de les acheminer vers les cuves en tenant compte de la recette.

Derrière ses écrans, il dispose d’une vue d’ensemble sur le reste du tissu industriel, ce qui lui permet de superviser les opérations. C’est à partir de son clavier qu’il entre les codes spécifiques des recettes pour faire les dosages et les mélanges. Les vannes des cuves sont également sous son contrôle. Il les ouvre à distance et supervise l’arrivée des produits. Une fois la préparation lancée, les produits liquides comme le lait ou la crème finissent par sortir des cuves à travers les géants tuyaux qui serpentent la salle.

Par la suite, le préparateur de recettes active les boutons pour orienter les tuyaux vers les homogénéisateurs ou les stérilisateurs. Il oriente ensuite les fluides vers les cuves de mélange où ils vont rejoindre les autres ingrédients : farine, œufs, sucre, fruits, levure, etc. La préparation est ensuite envoyée vers les fours en cas de besoin ou vers les lignes de conditionnement. Le conditionnement suit un flux ininterrompu jusqu’à épuisement total de la préparation.

Ce travail demande une forte concentration, de la précision et aussi de l’instinct. Il doit aussi avoir une forte capacité d’anticipation pour faire face aux situations d’urgence. En effet, un écart de quelques minutes ou le non-respect du chronomètre peut entraîner un désastre allant à la perte de tonnes de préparation.

Le travail se fait dans le strict respect des normes de qualité, d’hygiène et de sécurité en vigueur. Le préparateur de recettes doit respecter les impératifs de production (quantité, délais, qualité, etc.) pour éviter les ruptures de stock. À cet effet, il contrôle la conformité des recettes aux commandes.

Il veille constamment au bon état des installations. En cas de dysfonctionnement, il doit intervenir impérativement pour réparer l’appareil défectueux. En cas de besoin, il fait appel au service de dépannage. En début de journée, avant de lancer la production, il doit d’abord effectuer des vérifications sur l’ensemble des appareils. En fin de journée, il doit aussi s’assurer que la salle et les appareils sont propres avant qu’il ne quitte les lieux.

En tant que chef d’équipe, le préparateur de recette doit être un bon communicateur et savoir manager ses collaborateurs. Les recettes évoluent et peuvent varier au cours d’une même journée, c’est pourquoi le préparateur doit avoir des capacités d’adaptation. Il doit faire preuve de disponibilité et être capable de travailler à des heures tardives, parfois même les week-ends et jours fériés.

Le préparateur de recettes doit avoir les sens des responsabilités, car c’est lui qui gère la totalité de la production. Il répond même des erreurs des membres de son équipe, c’est pourquoi il doit être attentif. Il doit aussi maîtriser ses appareils. En cas de panne, il faut qu’il sache identifier les séquences de contrôle pour connaître l’origine de la panne.

Autres appellations

  • Préparateur de mélange
  • Ouvrier d’assaisonnement

Savoir-faire & savoir-être

Le préparateur de recettes doit avoir un maximum de connaissances techniques et développer des qualités intrinsèques pour évoluer dans son domaine.

Avec de solides connaissances de la chimie alimentaire et de la microbiologie, il a une parfaite maîtrise de la composition des inputs et des produits finis. Il maîtrise également les procédés de transformation agroalimentaire. Les normes d’hygiène et de sécurité n’ont aucun secret pour lui, et il a une solide capacité d’analyse personnelle. Il doit aussi connaître les méthodes de conservation des produits alimentaires et les systèmes de gestion de la qualité.

Parmi ses qualités intrinsèques, c’est une personne qui a une bonne appréciation sensorielle des matières. Il doit aussi être à l’aise avec les machines et les outils technologiques.

Les formations qui mènent à ce métier

Pour accéder à ce métier, vous devez suivre une formation professionnelle en formation continue ou en apprentissage. Vous pouvez aussi :

  • passer par la VAE pour suivre une formation professionnelle continue ;
  • passer un BEP ou un CAP en restauration, pâtisserie ou boulangerie ;
  • vous spécialiser en conducteur d’installations de production ou opérateur en industries agroalimentaires.

Pour aller plus loin, vous pouvez passer un Bac pro en procédés de chimie ou en industries alimentaires. Au niveau supérieur, vous avez la possibilité de passer un BTS en pilotage de procédés.

Découvrez le métier d’opérateur.trice de production en laiterie

L’opérateur de production en laiterie assiste aux opérations d’emmagasinage dans les chambres froides et veille au respect des normes de sécurité et d’hygiène.

Interview

Descriptif du métier

L’industrie laitière regorge d’une multitude de fonctions qui permettent de transformer le lait après qu’il a été récolté par l’éleveur et analysé en laboratoire. Ces innombrables métiers s’expriment pour garantir aux consommateurs un produit fini de qualité, respectant les conditions d’hygiène et de sécurité.

L’un de ces métiers est celui d’opérateur de production en laiterie. Voici un tour d’horizon sur l’univers de ce professionnel de la production laitière. Description du métier, qualité et compétences requises, environnement d’exercice, découvrez l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur le métier d’opérateur de production en laiterie.

L’opérateur de production en laiterie : qui est-ce ?

Encore appelé agent de traitement du lait, l’opérateur de production laitière exerce son métier dans les entreprises coopératives ou privées de transformation laitière.

Dans ce métier, le professionnel investit son travail sur un site de transformation laitière. Sur les lieux de production, l’agent de traitement du lait procède à des diagnostics, des analyses et des contrôles. Il établit son diagnostic grâce aux différents prélèvements de matières et de produits qu’il effectue sur les chaînes de production.

Que fait l’opérateur de production en laiterie ?

L’opérateur de production en laiterie assiste, en tant que surveillant, aux opérations d’emmagasinage dans les chambres froides. Son rôle, au cours de ces opérations, est de veiller au respect des normes de sécurité et d’hygiène. Il contrôle le contenu stocké ainsi que les registres de suivi de tous les produits ou des animaux concernés. Cet acteur est appelé à travailler en équipe, à synchroniser le travail en équipe, tout en étant celui qui la dirige.

L’agent de traitement du lait suit de près des données telles que le poids, la qualité du lait, la quantité du lait, etc. Il ne se contente pas de suggérer, il participe à la mise en œuvre du suivi des différentes lignes de transformation.

Cet agent établit les rapports de ses contrôles et de ses inspections pour, ensuite, les envoyer à différents organismes et institutions. Il s’agit bien souvent des directions de répression des fraudes, des services vétérinaires, etc.

L’opérateur de production en laiterie apporte un soutien technique aux coopératives, entreprises industrielles, etc. Il se charge de vérifier si les équipements installés dans les entreprises sont conformes aux normes professionnelles exigées.

L’opérateur de production doit être extrêmement rigoureux et faire appliquer la règlementation sanitaire. L’une de ses missions principale est d’identifier les besoins en approvisionnement et d’y remédier en passant les commandes. Il se charge de la constitution des documents administratifs ayant rapport aux obligations légales. Il transmet ensuite ces documents à la direction des services vétérinaires.

Le travail de l’opérateur de production en laiterie se déroule majoritairement dans une atmosphère frigorifique. Tout au long de son parcours, l’agent de traitement du lait a la possibilité de faire une spécialisation pour finir comme intervenant technique en analyse industrielle. Il pourra ainsi exercer désormais en laboratoire.

Autres appellations

  • Agent sanitaire de l’agriculture
  • Technicien de production laitière
  • Agent de production laitière
  • Agent technique en produits de traitement

Savoir-faire & savoir-être

L’opérateur de production doit faire preuve de minutie dans son travail. Il doit pouvoir être en accord avec le port régulier de matériel de protection stérile comme les gants, les combinaisons, les masques. Il doit pouvoir exercer son autorité afin de faire respecter les différentes règles par tous les membres de son équipe. Cet acteur doit être expérimenté. Il doit avoir la culture de la rigueur et être intransigeant envers tous ceux qui dérogent aux règles.

Le technicien de production laitière doit maîtriser la règlementation sanitaire, les techniques d’élevage ainsi que les techniques de prélèvement biologique. Il doit avoir la capacité d’établir une traçabilité des produits qu’il contrôle.

Les formations qui mènent à ce métier

La première étape menant vers le métier d’opérateur de production en laiterie est le Bac professionnel en bio-industries de transformation. Après avoir obtenu le Bac, il faudra poursuivre les études pour décrocher un BTS agricole en industrie alimentaire. Cependant, pour avoir accès à l’univers des vétérinaires, il faudra faire ses preuves en passant le concours juste après avoir obtenu le Bac.